Changer les comportements alimentaires au travail : pourquoi et comment ?

« Pour votre santé évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé ». À la radio, à la télévision, dans les journaux, tout le monde a déjà lu et entendu ce slogan des centaines voire des milliers de fois. À tel point que c’est devenu un jeu de prononcer cette phrase en même temps que la speakerine ou le speaker de la pub. La multiplication des campagnes de prévention nutrition santé met un point d’honneur à dénoncer la malbouffe sans pour autant mettre véritablement en valeur les bonnes habitudes alimentaires et leurs bienfaits.

 

Pourtant, l’alimentation est une des clés du bonheur. Elle joue un rôle majeur sur la santé et la vitalité et constitue une des conditions du bien-être physique, mental et social. Un aspect auquel s’intéressent de plus en plus les entreprises soucieuses du bien-être de leurs employés. Au delà de leurs impacts humains et sociaux, les problématiques de santé représentent un vrai coût économique pour les entreprises. Les arrêts maladies et accidents du travail sont une charge indéniable. Une étude menée par le groupe Malakoff Médéric révèle qu’un salarié sur cinq souffre d’une maladie chronique. Dans un monde de plus en plus connecté, individualiste et stressant, les entreprises ont un rôle à jouer sur la santé de leurs collaborateurs.

Cette prise de conscience est déterminante et permet d’agir sur des leviers de performance tels que les comportements alimentaires, l’activité physique ou encore la gestion du stress. Alors qu’une mauvaise alimentation peut causer des troubles de fatigue chronique, de stress, d’anxiété ou même d’agressivité et entrainer le développement de maladies, à l’inverse un bon équilibre alimentaire permet de doper ses performances intellectuelles. Mémoire, concentration et apprentissage, les fonctions cognitives peuvent être renforcées grâce à certains aliments. Cet impact vertueux est corroboré par l’Association Internationale de la Sécurité Sociale (AISS) qui a produit une étude, en 2010, selon laquelle un euro investi dans la santé et sécurité au travail rapporte 1,20 euro de bénéfice. Les entreprises ont donc économiquement intérêt à investir dans la prévention santé.

 

Dans le but de leur apporter des solutions, la start-up Les Paniers de Léa s’est fixée pour mission de donner ou redonner goût à une alimentation saine, équilibrée et durable grâce à la consommation de produits frais, de saison et locaux. Pour cela, ils ont décidé d’agir dans les entreprises en proposant des animations ludiques et pédagogiques ainsi que des programmes participatifs. Puisque ces-dernières constituent de vrais lieux de vie dans lesquels les employés passent au minimum 35 heures par semaine et prennent plusieurs repas, il s’agit d’un endroit idéal pour sensibiliser voire initier les individus à une bonne alimentation. De plus, Aurélie PORTUESE, naturopathe, souligne qu’il est plus aisé de faire évoluer le comportement alimentaire d’un groupe plutôt que celui d’un individu isolé. Livraison de corbeilles de fruits, création de bars à soupes, installation de vélos à smoothies, tous les services sont opérés dans la bonne humeur afin de susciter la convivialité et les échanges entre les collaborateurs. En plus de renforcer les capacités d’éveil, ces actions favorisent la création de lien social. Il semblerait que le sourire puisse aussi se propager à coup de pédales…

 

 

Agir, au sein de l’entreprise, sur l’alimentation et l’activité physique permet de contribuer de manière efficace au bien-être au travail, à la prévention des pathologies les plus fréquentes, à l’amélioration de la qualité de vie au travail et à la diminution de l’absentéisme.

 

Pour en savoir plus sur le bien-être au travail, lisez cet article.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *