Les clés d’une équipe soudée

Sur un terrain de foot, au même titre qu’en entreprise, il ne suffit pas d’aligner des talents pour que l’équipe soit sacrée championne à la fin de la saison. Bien que la qualité des joueurs soit décisive, elle ne permet pas à elle seule de garantir la victoire. Pour remporter le trophée, une grande équipe a besoin d’avoir un grand entraineur à ses côtés. Il incombe à ce dernier d’assurer la cohésion du groupe et de le mobiliser tout au long de la saison. Si le groupe n’est pas soudé, il ne sera pas performant. C’est pourquoi, le succès réside dans un projet partagé par tous, pour lequel chaque membre de l’équipe est prêt à se dévouer corps et âme. Pour que le résultat soit à la hauteur des espérances, il est important que le coach respecte certaines règles d’or.

 

Définir des règles de vie

Les règles de vie commune visent à déterminer le cadre de travail et la façon de communiquer au sein du groupe. La meilleure méthode pour définir ces règles est d’utiliser le mode participatif. Grâce ce procédé, chacun est libre de s’exprimer. Cela permet à l’équipe entière, manager inclus, de convenir ensemble des règles dont le groupe a besoin pour bien fonctionner. L’adhésion sera ainsi plus forte que si elles avaient été imposées. Cet exercice incontournable renforce la confiance et le sentiment de justice dans l’équipe.

 

Enrichir et favoriser la communication

Il n’est pas rare de constater que l’information peine à circuler au sein d’une entreprise. Certains perçoivent l’information comme un enjeu de pouvoir et rechignent à partager leur savoir. Un phénomène récurrent, souvent trop bien connu par les employés. Ce type de comportement ne tarde pas à affecter la vie de l’équipe où l’entraide cède sa place à la compétition et la confiance à la suspicion. Cette rétention d’information est d’autant plus grande que le style de management est autoritaire et hiérarchique. Bien sûr la transparence totale est illusoire. Toutes les décisions n’ont pas nécessairement lieu d’être partagées avec l’ensemble du personnel. L’objectif est donc de trouver le délicat équilibre. Quoi qu’il en soit, il est important que le niveau d’information soit homogène au sein d’une même équipe.

 

Rallier l’équipe à un objectif commun

Salariés, intérimaires, prestataires et sous-traitants sont amenés à travailler ensemble au service de l’entreprise. Face à cette mixité parfois très hétéroclite, il est indispensable que tous les collaborateurs soient liés par un objectif commun. Chacun d’entre eux doit être mobilisé autour d’un projet collectif pour atteindre une performance globale maximale. Le consultant et conférencier Lionel Bellenger rappelle que « il est essentiel que tout le personnel s’approprie le sujet. Cela suppose beaucoup d’échanges, de consultations individuelles et collectives en amont ». Bien sûr, plus les collaborateurs sont consultés et impliqués dans un projet, plus leur motivation sera grande. Par ailleurs, les entretiens annuels sont un bon moment pour rappeler aux membres de l’équipe quelle est leur rôle au sein du groupe et quel est l’objectif commun.

 

Développer un état d’esprit solidaire

Considérer l’entreprise comme une somme de compétences individuelles est une erreur. L’organisation doit être perçue comme une unité solidaire tournée vers un objectif commun. Malheureusement, cette vision unie et solidaire n’est pas toujours spontanée. Lorsque tout va bien dans une équipe, assister ses collègues est un geste naturel. A contrario, dès qu’une menace apparaît et que l’ambiance se détériore, les individus se replient sur eux-mêmes. Par conséquent, les donneurs d’ordres ont pour mission de promouvoir l’entraide entre collaborateurs en valorisant le travail collaboratif. Afin d’instaurer un esprit de coopération véritable et durable, il est important que le personnel prenne conscience du fait qu’une équipe est plus forte qu’une personne seule. De plus, la collaboration est un excellent moyen de créer un élan dans le groupe. Bien entendu, cela n’empêche pas le fait que chaque individu doit avoir une vision claire de sa place dans l’équipe.

 

Valoriser la singularité

Constituer une équipe ne signifie pas regrouper des profils identiques. La complémentarité représente une force car elle booste l’efficacité des membres de l’équipe. Les managers ont donc tout intérêt à cultiver les différences en maintenant la cohésion. Pour cela, rien de tel que de varier les expériences et les tempéraments au sein de leurs équipes. Les spécifiés de chacun sont précieuses et doivent à ce titre être entretenues et valorisées. Il est donc fondamental d’évincer la peur du jugement qui viendrait inhiber les collaborateurs. Cependant, une telle diversité implique que les managers adaptent leur style de management aux différents profils. Cela exige des qualités d’écoute, d’observation et une certaine disponibilité.

 

Organiser des événements pour créer du lien

Faire tomber les masques en découvrant ses collègues sous un autre jour, dans un contexte différent de celui de l’entreprise, est un excellent moyen d’instaurer une connivence et de renforcer la cohésion d’équipe. Idéal pour que les membres de l’équipe apprennent à mieux se connaître, se faire confiance et se coordonner face à une situation donnée. En plus de favoriser la convivialité, ces moments de partage informels créent l’émulation. Néanmoins il est primordial de veiller à ce que l’activité de team building ne soit pas contre-productive. Autrement dit, il est bon de privilégier les activités basées sur une égalité physique, sans quoi les moins forts pourraient se sentir rejetés. Ces activités ne doivent pas non plus être l’occasion de se sentir dénigré au niveau intellectuel ou émotionnel (par exemple, une personne ayant le vertige gardera un très mauvais souvenir d’une journée d’accrobranche).

 

Partager des valeurs

Placées au même niveau que l’éducation, la famille ou encore les croyances, les valeurs influent sur les comportements. Les individus agissent selon les valeurs auxquelles ils adhérent. Par conséquent, il est important que les employés aient régulièrement l’opportunité d’établir un lien entre les valeurs de l’entreprise et leurs actes. L’enjeu est donc de montrer qu’il existe une cohérence entre la vision, la mission, les objectifs stratégiques et objectifs individuels tout au long de l’année. Afin de donner du sens à l’action de l’équipe, celle-ci doit se doter de valeurs partagées par l’ensemble de ses membres.

 

Féliciter, encourager, remercier !

Alors que le petit jeu des comparaisons entre collèges est destructeur, la valorisation des collaborateurs, y compris ceux qui ont œuvré dans l’ombre, est édifiante. C’est une très bonne démarche de féliciter François pour sa réussite, mais c’est encore mieux de le féliciter en valorisant Julie et Victor qui l’ont aidé à atteindre son objectif. Une telle reconnaissance renforce l’esprit de solidarité de l’équipe. Célébrer les succès, même les plus petits, permet d’entretenir la motivation de l’équipe. Elisabeth Bardon raconte que chez Document Store « il n’y a pas de petit contrat. On fête à l’identique un accord important et la première affaire décrochée par les juniors ». Évidemment, une équipe ne rencontre pas que des succès. En cas d’échec, il faut savoir débriefer, collectivement ou face à face, pour identifier les points qui méritent d’être améliorés.

 

Pour en savoir plus sur la culture d’entreprise, lisez cet article.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *