Qu’est-ce que le bien-être au travail ?

Loin du bien-être, le travail a longtemps été considéré comme un simple moyen de gagner sa vie afin de subvenir à ses besoins. Aujourd’hui, la donne a changé. Les attentes des salariés ont évoluées. Consacrant une part importante de leur temps éveillé au travail, les employés souhaitent s’y sentir heureux. En effet, le travail occupe une place fondamentale dans la vie des personnes, et qui plus est dans leur identité. Vous avez probablement déjà remarqué que les questions telles que « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » ou « et toi, comment ça va au travail ? » sont presque systématiquement posées lorsque vous êtes en société. Ceci reflète la part essentielle qu’occupe le travail dans nos vies et l’importance d’y être épanouie.

 

Le bien-être est une valeur profonde de la société. Cet état d’esprit global et subjectif fait l’objet de nombreuses définitions. Nous allons retenir celle-ci : comment créer une vie autour de ses valeurs et de ce qui est réellement important pour soi. Néanmoins, le rapport au bien-être a une dimension culturelle et varie selon les pays. En France, le travail et le monde de l’entreprise sont généralement perçus de manière négative dans l’opinion publique. Il est rare d’entendre quelqu’un dire « j’ai passé une journée extraordinaire au travail, c’était génial ! ». Au Danemark, pays roi en matière de bonheur, il existe un mot pour signifier le bonheur au travail : « Arbejdsglaede ». À l’inverse, la langue japonaise dispose d’un mot pour exprimer le mal être au travail.

 

De nombreuses recherches ont été menées sur le bien-être au travail et les chiffres mis en exergue sont alarmants. Une étude GALLUP, révèle que presque 90% des employés ne sont pas engagés dans leur travail. Ces employés ont été classés en trois catégories :

  • Les engagés, c’est-à-dire ceux qui vont travailler avec le sourire.
  • Les désengagés sont ceux qui ne vont travailler que dans le but de percevoir un salaire.
  • Les activement désengagés sont ceux qui viennent travailler pour manifester leur malheur. Cette catégorie est nuisible pour l’entreprise.

En France, 11% des employés sont engagés, 61% sont désengagés et 28% sont activement désengagés. Autrement dit, seulement un salarié sur neuf en moyenne contribue à faire avancer l’entreprise. Cette même étude démontre que les employés malheureux coûtent en moyenne chaque année 450 à 550 milliards de dollars aux entreprises en raison de la perte de productivité engendrée.

 

Cette absence de bien-être est mauvaise pour l’économie et pour le monde. Alors que la France occupe la queue de peloton en la matière, il est temps de s’engager vers la voie d’un changement durable et profitable à tous. Imaginez quelles seraient les performances si le niveau de désengagement des salariés n’était que de 5%…

 

Pour en savoir plus sur le désengagement, lisez cet article.