Télétravail : intox ou révolution ?

Dans un contexte où la quasi totalité des employés accorde de l’importe à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, le télétravail séduit. Un sondage Ispos, paru en novembre dernier, démontre que 65% des Français travaillant dans un bureau sont intéressés par le travail à distance. En 2016, le taux de télétravailleurs en France était estimé à 24%. Un résultat en nette croissance au vu des données publiées par le Ministère du Travail en 2012 et selon lesquelles le taux de télétravailleurs dans la population française était de seulement 12,4%. Grâce à cet essor, la France a largement rattrapé son retard par rapport aux pays scandinaves et anglo-saxons. Cette nouvelle pratique semble définitivement rentrée dans les mœurs de notre pays. Et pour cause, selon une étude menée par Wrike fin 2016, sept entreprises sur dix autorisent leurs salariés à télétravailler, à des degrés divers.

 

Vers un nouveau rapport au travail

Le télétravail vient bouleverser le rapport au travail traditionnel. Fondé sur la confiance et l’autonomie, ce nouveau modèle managérial rend caduc le modèle traditionnel français issu du taylorisme. La vision selon laquelle le manager est un contremaitre qui contrôle et distribue le travail n’est plus du tout adaptée aux enjeux actuels. Afin de favoriser la création de valeur, les managers ont tout intérêt à laisser leurs collaborateurs prendre des initiatives, encourager leur développement personnel et veiller à leur épanouissement. Ces dispositions ne feront que renforcer leur créativité et leurs capacités d’innovation. Loin du rôle de contrôleur, le manager de télétravailleurs a pour mission d’animer, fédérer son équipe, assurer le partage de l’information et catalyser la création de valeur.

Ce nouveau rapport au travail remet également en cause le modèle du bureau traditionnel. Avec un taux d’occupation moyen ne dépassant pas les 45%, les tours de bureaux deviennent une aberration aussi bien financière qu’écologique. Le télétravail oblige à repenser intégralement le lieu de travail. Cette remise en question du bureau traditionnel contribue à accélérer l’essor des espaces de coworking et autres types de bureaux à partager. La tendance veut que le lieu de travail ne se résume plus simplement à une tour de bureaux mono-entreprise mais à un mix de différents types d’espaces.

 

Les bénéfices

En s’initiant au télétravail, les entreprises répondent à une demande de leur collaborateurs. Au député Pierre Morel-à-l’huissier de noter, dans son rapport au Premier Ministre intitulé Du télétravail au travail mobile que le télétravail est « une opportunité unique pour améliorer la productivité globale de notre pays, tout en répondant aux aspirations profondes de nos concitoyens de maîtriser leur temps et leur liberté d’implantation ». En effet, le travail à distance présente de nombreux avantages pour l’ensemble des parties prenantes.

Si les entreprises pionnières ont essentiellement eu recours au télétravail pour des raisons financières ou de réorganisation de leur parc immobilier, les principales motivations des employeurs sont dorénavant en phase avec les impacts directs du télétravail ; à savoir : équilibre entre vie professionnelle et vie privée, RSE, amélioration des conditions de travail, diminution du stress lié aux trajets domicile-travail, marketing employeur. Les entreprises sont nombreuses à reconnaître que, lorsqu’il est correctement mis en place, le télétravail améliore sensiblement leur compétitivité. Il leur permet d’accroitre leur attractivité sur le marché du travail, réduire les coûts fixes, améliorer leur agilité et résilience organisationnelles et booster leur productivité.

En plus des impacts positifs cités plus hauts, les employés pratiquant le travail à distance bénéficient d’un meilleur niveau de concentration que ceux travaillant dans un open space. Ils disposent ainsi d’une plus grande capacité à mobiliser leurs facultés intellectuelles. La généralisation des open spaces combinée à la diffusion des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont provoqué des effets pervers venant pénaliser la productivité des entreprises : sentiment d’urgence permanent, infobésité ou surinformation, sollicitations intempestives et difficultés à prendre du recul. Face à ces menaces, le télétravail permet de retrouver un espace-temps où l’employé peut échapper à la surcharge cognitive inhérente au brouhaha professionnel et au flot incessant de perturbations. Ainsi, le domicile apparaît être un lieu propice au travail.

 

Les inconvénients

Bien que la plupart des craintes à l’égard du télétravail soient dissipées après sa mise en place, certains risques sont à prendre en compte. Dans le cadre du travail à domicile, il peut être plus difficile de séparer vie professionnelle et vie privée. Par conséquent, cette pratique nécessite une forte capacité à s’auto-discipliner de la part de l’employé. L’absence de présence physique intrinsèque au télétravail peut entrainer une perte de visibilité de l’employé dans l’entreprise pouvant conduire à une mise à l’écart du collectif de travail (si l’on en croit le proverbe « loin des yeux loin du cœur »). Loin du bourdonnement de l’open space, l’employé dispose d’un accès plus restreint à certaines informations, notamment aux informations informelles. Cependant, ces risques sont très largement maitrisés par les entreprises autorisant le télétravail, notamment par le biais de formations dispensés en amont aux télétravailleurs et leurs managers.

 

Le télétravail est une véritable source de satisfaction pour toutes les parties prenantes : salariés, managers, employeurs et partenaires sociaux. Par ailleurs, les données collectées auprès des employeurs mettent en exergue les nombreuses externalités positives découlant de ce mode de travail. Le télétravail est une alternative qui contribue à réduire l’engorgement des transports et donc la pollution et à amincir la fracture sociale entre les zones urbaines excédentaires et les zones périurbaines. Il apporte parallèlement des réponses à des points plus inattendus tels que la réduction de l’absentéisme et, par conséquent, les dépenses sociales.

Pour connaître nos 5 conseils pour vous aider à concilier vie professionnelle et vie privée, lisez cet article.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *