Les VRAIES bonnes résolutions de la rentrée

La tradition veut que les bonnes résolutions soient prises à l’occasion de la nouvelle année. Mais pour ce qui est de sa vie professionnelle, rien ne vaut la coupure estivale pour prendre du recul et faire le point sur ce qui nous attend à notre retour au bureau. Bronzé, détendu et ressourcé, le moment est idéal pour repartir sur de bonnes bases. À l’approche de la date fatidique de la reprise, l’appréhension se fait souvent sentir, parfois au point de troubler les derniers jours de vacances. Alors cette année c’est décidé : la rentrée sera placée sous le joug de la détermination et de la volonté.

 

Mieux s’organiser 

Beaucoup de situations stressantes pourraient être évitées grâce à une meilleure gestion du temps et des priorités. Une bonne organisation nécessite une parfaite connaissance de ses prochaines échéances et de ses objectifs. Une fois tous ses éléments en tête, il est conseillé de se décharger l’esprit en réalisant une to do list, voire un rétro planning pour les projets les plus conséquents. Ces outils sont précieux pour anticiper et établir des ordres de priorités. Par ailleurs, couper sa boîte mail pendant quelques heures est un excellent moyen d’améliorer son efficacité et son niveau de concentration lorsqu’il s’agit de traiter des sujets de fond.

 

Développer un état d’esprit positif et solidaire

La vie en entreprise est un mouvement perpétuel. Mais d’une manière générale, le changement effraie. Face à la peur et l’incertitude engendrées par la perte de ses repères et de ses habitudes, les individus ont tendance à se replier sur eux-mêmes. Se sentant menacés, ils perdent alors tout esprit de solidarité. Or, une équipe soudée dispose de bien plus de pouvoir qu’une personne seule. Promouvoir l’entraide, privilégier l’écoute et le dialogue, arrêter de tout critiquer, se montrer tolérant avec ses collègues et dominer ses pulsions de colère sont les meilleures attitudes à adopter pour rester positif et constructif.

 

Entretenir la convivialité 

La qualité des relations interpersonnelles entretenues au travail a un impact prépondérant sur le bien-être des individus. Il est par conséquent fondamental d’être proactif et de prendre les devants pour créer ou préserver ces relations. Alors terminé les déjeuners seul derrière son ordinateur, il est temps de s’attabler avec ses collègues pour partager un repas équilibré. Puis les plus motivés peuvent inciter leurs collègues à sortir se dégourdir les jambes quelques minutes avant de retourner travailler. S’accorder un vrai break le midi est le meilleur moyen d’attaquer l’après-midi dans de bonnes dispositions.

 

Savoir dire non 

L’affirmation de soi est une des clés de l’épanouissement au travail. Pour autant, entretenir de bonnes relations au travail ne signifie pas dire oui à tout. Une relation saine est basée sur le respect mutuel. Et pour se faire respecter il est essentiel de se définir, de savoir qui nous-sommes. Sans cela, les autres risquent de nous définir au travers de leurs attentes et de leurs besoins. Mais savoir dire non est une chose extrêmement difficile car les bases de notre société ne nous autorisent pas à dire non. Pourtant, le fait de toujours tout accepter peut s’avérer très destructeur à terme. C’est pourquoi, il faut apprendre à dire non à son supérieur quand la situation le justifie, en y mettant les formes, et ne pas systématiquement rendre service à ses collègues au détriment de son bien-être.

 

S’épanouir au travail 

Le pacte social du travail a été profondément bouleversé ces dernières années, notamment avec l’arrivée sur le marché de l’emploi de la génération Y. Alors que les baby-boomers recherchaient un emploi qu’ils pourraient occuper à vie, les millennials sont en quête d’épanouissement. Pour cette génération courtermiste, qui a du mal à se projeter, la recherche de l’épanouissement professionnel et personnel prime sur la stabilité. Cet épanouissement passe notamment par la qualité des relations entre collaborateurs, le sens du travail, le degré de responsabilité, la reconnaissance et le niveau d’autonomie. Cet aspect est également nourrit par le fait que les loisirs occupent aujourd’hui une place prépondérante dans la vie des individus. Pour ceux, qui ne sont pas heureux au travail et qui n’y trouvent que de minces avantages, une reconversion peut être envisagée.

 

Apprendre à se déconnecter

Dans le monde hyperconnecté dans lequel nous vivons, il n’est pas toujours évident d’abandonner ses outils numériques à la fin de sa journée de travail. Le fait de rapporter du travail le soir à la maison, garder un œil sur son smartphone pour répondre à ses emails et décrocher un appel tardif est devenu la norme. Face à de telles habitudes, une étude réalisée en 2016 par le cabinet Eléas montre que 6 actifs sur 10 (62%) considèrent que des règles devraient être mises en place. À cet effet, le droit à la déconnexion, entré en vigueur le 1er janvier 2017, vise à assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Autrement dit, ce qui se passe au bureau reste au bureau.

 

Concilier vie professionnelle et vie privée

L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle est un équilibre précieux souvent difficile à trouver. Face aux impératifs de productivité, à la montée du stress, à la pression des clients impatients, aux évolutions permanentes du marché et à l’apogée des nouvelles technologies, le travail s’intensifie et le temps semble s’accélérer. Dans un contexte où la frontière entre les sphères professionnelle et privée est plus que jamais perméable, cet équilibre est devenu un facteur clé de la satisfaction au travail. D’où l’importance de mieux s’organiser, de réussir à se déconnecter et de militer auprès des entreprises pour généraliser le télétravail et la flexibilité des horaires.

 

Arrêter de procrastiner 

Soyons honnêtes, nous avons déjà tous repoussé à plus tard ce que nous aurions pu faire dans l’immédiat. C’est tellement tentant sur le moment… Seulement la satisfaction n’est que de courte durée car elle s’ensuit bien souvent d’un coup de pression peu confortable. Afin d’éviter ce genre de situations redoutables, il est primordial de traiter les sujets au fur et à mesure (dans la mesure du possible), de s’attaquer aux dossiers les plus difficiles en priorité et d’avancer sur les sujets de fond dès que vous avez du temps devant vous.

 

Éviter de carburer au café 

Rien de tel qu’une pause-café pour souffler et reprendre de l’énergie au cours de la journée. Mais attention, une consommation excessive de caféine est néfaste pour la santé. Problèmes de cœur, anxiété, sommeil interrompu… La surconsommation de café provoque des maladies nerveuses et cardiovasculaires. Il est donc fortement recommandé de ne pas boire plus de 400 mg de caféine par jour, soit quatre expresso. Pourquoi ne pas faire une pause tisane de temps en temps ?!

 

Cela étant dit, il est temps de faire un effort pour bousculer ses vieilles (mauvaises) habitudes. Pour tenir bon, il est important de comprendre le fonctionnement de notre très précieux… cerveau. Selon Gretchen Rubin, auteure de Ma vie en mieux, 45% de nos faits et gestes relèvent de nos habitudes. En d’autres termes, il fonctionne en pilote automatique presque la moitié du temps. Le fait de rompre ses habitudes constitue donc un véritable effort car cela revient à reconfigurer son cerveau. C’est ce qui explique le fait que les habitudes ont la fâcheuse tendance à revenir au galop. Afin d’augmenter ses chances de tenir ses bonnes résolutions, il est essentiel que celles-ci soient simples, réalistes, mesurables et temporelles. Bon courage !

 

Pour en savoir plus sur le bien-être au travail, lisez cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *